Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition de l’activité

L’endurance a pris naissance en Allemagne. La capacité des chevaux à l’endurance a amené les militaires à organiser des raids de compétitions dès le XVIe siècle.

En France, la première course de 130 km a été organisée en Lozère. C’était un moyen de pratiquer une autre équitation et de sélectionner des chevaux adaptés à l'équitation d’extérieur. L’objectif est de parcourir un trajet de 20 à 160 km, le plus rapidement possible en fonction des conditions extérieures. La vitesse peut être imposée ou libre. Dans ses débuts, cette activité se déroulait sur des parcours de quelques dizaines de kilomètres. Il s’agit en fait d’aller le plus vite et le plus loin dans le respect de l’animal. L’utilisation du cheval pour couvrir de grandes distances a permis aux armées, puis aux courriers de se déplacer loin et vite (pony express).

Fédération concernée par l'activité

La Fédération française d’équitation (FFE) par le biais de son Comité national des raids d’endurance (CNRE).

Condition d’accès

Tout le monde peut donc faire de l’endurance, même s’il ne possède aucun galop. Aucune véritable formation à l’endurance, sanctionnée par un diplôme quelconque, n’existe. Cette activité est quand même pratiquée par de purs sportifs.

Diplôme

Aucun diplôme spécifique à l’endurance n’existe.

Formation

Aucune formation n’existe si ce n’est par une très grande pratique. Les compétitions forment cavaliers et chevaux.

La technique de l’endurance : Les cavaliers choisissent les allures en fonction du terrain. Un poids minimum est imposé, les départs se font individuellement ou par petits groupes. Les concurrents peuvent reconnaître le parcours avant la course.

Les courses d’endurance : Des contrôles vétérinaires ont lieu avant, pendant et après la course. Tout cheval qui ne présente pas une bonne condition physique est éliminé de la course. Le cheval d’endurance est robuste, courageux, endurant et calme. Ses facultés de récupération doivent être importantes. Peu anxieux, il ne doit pas s’occuper des autres chevaux, et doit être en harmonie avec son cavalier.

Point de vue : sport équestre en vogue tout comme le horse-ball, il n’est entré dans la FFE que depuis quelques années. Autrefois, cette activité était gérée par le Comité national des raids d’endurance. Les premières compétitions étaient de grandes fêtes du cheval. Cette activité est devenue un sport à part entière.

   
   
   
© ALLROUNDER