Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition de l’activité

On connaît bien le concours de saut d’obstacle (CSO), compétition où le but est de sauter à cheval des obstacles sans les toucher, le plus vite possible. On connaît moins bien le hunter, sport pourtant très apprécié en Angleterre. Il s’agit effectivement de franchir des obstacles, mais avec des règles précises (voir ci-dessous, technique du hunter).

Fédération concernée par la formation

La Fédération française d’équitation (FFE)

Condition d’accès

Aucune véritable formation pour ce type de sport.

Diplôme

Aucun diplôme spécifique de hunter.

 Formation

Aucune autre formation que celle de l’équitation classique.

La technique du hunter

Tout d’abord, les épreuves sont accessibles avec une licence de 5e catégorie. Les cavaliers doivent enchaîner un parcours d’obstacles, mais avec des cotations raisonnables. Par ailleurs, certaines contraintes doivent être respectées : nombre défini de foulées dans les lignes (contrats de foulées) ; tournant à prendre sur le bon pied ; parcours fluide, effectué en cadence. Aucun chronométrage n’est imposé. Si le cheval galope à faux, il peut passer au trot et repartir sur le bon pied. Les distances choisies par les chefs de piste permettent de garder des foulées constantes, ce qui permet au cheval d’être parfaitement à l’aise et au cavalier d’agir plus facilement. Ces concours permettent au cavalier et à la monture de se surpasser.

Le jugement s’opère sur des critères variés : pénalités dues au non-respect d’un contrat, qualité d’exécution, présentation du couple cavalier-cheval, harnachement. Des épreuves par équipes de trois cavaliers existent. On additionne alors les notes obtenues par les trois équipiers. La note de présentation se fait sur l’ensemble des trois.

Point de vue : cette activité sportive est moins connue que le concours de saut d’obstacle mais les règles n’en sont pas moins intéressantes.

   
   
   
© ALLROUNDER