Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Présentation

Le milieu équestre est une exception dans le milieu sportif en général. Il est géré par une fédération tricéphale qui rassemble la compétition de masse et de haut niveau, l’enseignement de l’équitation sur chevaux et poneys, le tourisme et la randonnée équestre. De plus, les activités multiples tournant autour du cheval sont immanquablement ramenées de fait à la Fédération française d’équitation.

Le Ministère de la Jeunesse et des Sports gère les activités sportives, par le biais de la loi du 14 juillet 1984 - article 43 et 43-1, modifiée en 1992, en 1995 puis en 2000. Ce ministère ne gère pas seulement la compétition ou le sport de masse, mais aussi la formation professionnelle par le biais des diplômes d’Etat et l’instauration de règlements sportifs.

La Fédération française d’équitation a délégation de l’Etat pour animer l’équitation en France. Vous devrez donc vous adresser à elle, pour obtenir tous les renseignements que vous jugerez nécessaires.

LES GALOPS FÉDÉRAUX (DE 1 À 9)

Autrefois connus sous l'appellation de 1er, 2e ou 3e degré, ces examens sont devenus des étriers de bronze ou d'argent, avant de devenir finalement des galops. Ils sanctionnent des connaissances équestres selon des niveaux acquis, concernant le cheval, l'équitation, le dressage, le saut d’obstacle. Ces diplômes sont fédéraux, car les formations, les examens et les diplômes sont organisés par la Fédération française d'équitation.

La FFE a la délégation de l'Etat (Ministère de la Jeunesse et des Sports) qui lui donne toute latitude et tout pouvoir pour gérer cette discipline sportive. Pour passer les galops, c’est du plus simple au plus compliqué : il faut être en possession d’une carte fédérale.

Pour les trois premiers, le moniteur du club juge et octroie les galops ; pour le 4, un autre moniteur est indispensable ; pour les galops 5 et 6, le moniteur intervient de nouveau pour valider les examens ; pour les 7, 8 et 9, deux examinateurs sont nécessaires, dont l’un, agréé par la Fédération, doit être extérieur au club. On peut passer également les galops en candidat libre. Il faut prendre contact cependant avec un centre équestre.

Le passage des galops est gratuit depuis l’avènement de la nouvelle Fédération. Pour les plus de 26 ans, on peut présenter le galop de son choix sans avoir à passer tous les précédents. Pour des cavaliers qui montent depuis longtemps, cet avantage est important. En revanche il faut connaître tout le programme du niveau 1 à celui du galop que vous présentez.

Actuellement, les galops équestres ou parfois le niveau correspondant sont demandés pour entrer dans certaines formations (BEPA par exemple), quoique n'étant pas des diplômes professionnels. En effet, les galops sanctionnent des connaissances liées aux activités des pratiquants.

  • Galop 1 (initiation) et Galop 2 (perfectionnement) : se déplacer au pas et au trot, se déplacer aux trois allures.
  • Galop 3 (initiation) et Galop 4 (perfectionnement) : conduire aux trois allures et sauter, être autonome aux trois allures en terrain varié et en enchaînant des sauts.
  • Galop 5 (initiation) et Galop 6 (perfectionnement) : utiliser son autonomie sur des épreuves adaptées.
  • Galop 7 (épreuve) : s'adapter aux exigences des épreuves.
  • Galop 8 (initiation) et Galop 9 (perfectionnement) : préparer sa monture aux exigences des épreuves sportives et mettre en valeur sa monture sur des épreuves sportives.

A ce propos, il faut noter que la Commission nationale paritaire équestre, créée depuis quelques années seulement, travaille sur la professionnalisation de l'équitation. On peut noter la prise de position du Groupement hippique national, premier syndicat des employés : cet organisme pense que l'important réside dans la préparation des professionnels à la clientèle, que les diplômes d'Etat ne sont pas adaptés puisque ce sont des diplômes sportifs, que la création de certificat de qualification professionnelle (CQP) est indispensable et qu'en définitive, la gestion d'un métier, d'une filière est de la responsabilité des professionnels eux-mêmes et non pas d'une fédération sportive.

Vous pouvez noter également l'existence du syndicat d'employés de la Fédération générale agroalimentaire CFDT (établissement équestre) et de la FGTA Force ouvrière dont les options syndicales rejoignent celles du GHN.

   
   
   
© ALLROUNDER