Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition du métier

Le speaker est celui qui donne au public le ton et les informations au cours des manifestations équestres. Il doit être un très bon animateur, voire un professionnel de l'animation. Pour la plupart, ces speakers sont des passionnés du cheval, des experts dans presque tous les domaines (CSO, horse-ball, dressage) et souvent des cavaliers ou des professionnels équestres de haut niveau. Ce sont parfois des indépendants offrant leur service pour des prestations locales ou bien des animateurs connus, appartenant à un pool géré par des sociétés intervenant pour des manifestations nationales ou internationales. Les rémunérations sont fonction des contrats passés entre eux et les organisateurs.

Ministère concerné par la formation

Cette activité n’est pas contrôlée par un ministère, si ce n’est le Ministère du Travail.

Condition d’accès

Une déclaration à la Chambre du commerce est suffisante si l’on est chef d’entreprise. Sinon il faut réussir à se faire employer par une des quelques sociétés gérant ce type d’animation spécifique.

Diplôme

Aucun diplôme.

Formation

Aucune formation particulière n’existe, si ce n’est celle acquise par l’expérience du terrain. Aussi bizarre que cela puisse paraître, beaucoup de ces animateurs-speakers ont passé le brevet d’aptitude à la fonction d’animateur (BAFA).

Emploi

On trouve le plus fréquemment des animateurs parmi les bénévoles des associations d’élevage de chevaux, les groupes de cavaliers « nature » ou encore parmi les responsables de sports équestres. Les professionnels de l’animation se comptent sur les doigts d’une main. Les sociétés spécialisées dans l’animation peuvent représenter un espoir pour ceux qui cherchent un emploi salarié dans ce secteur. La clientèle est celle des organisateurs de CSO, de horse-ball, de spectacles locaux.

Point de vue : cette activité est presque exclusivement bénévole. On trouve pourtant des professionnels qui animent les grandes manifestations. En tout cas, cette activité nécessite « d’avoir la pêche », le sens du contact et une certaine liberté de ton.

   
   
   
© ALLROUNDER