Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition du métier

Comme ceux qui existaient autrefois, les nouveaux gardes champêtres ont pour mission la surveillance d'une ou de plusieurs communes. Ils sont assermentés et peuvent donc verbaliser certaines infractions. Ils ont pour mission de faire respecter la réglementation, d’assurer la surveillance des biens et des personnes, et de veiller à l'environnement. Ils sont en uniformes, circulent en voiture ou à cheval. Ils ne sont pas toujours propriétaires du cheval qu’ils montent. Le salaire moyen avoisine le SMIG et ils perçoivent en plus une prime mensuelle pour l’entretien de leur cheval.

Ministère concerné par la formation

Elle dépend du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Conditions d’accès

Pour réussir à exercer ce métier, un passé de cavalier (au moins le niveau du 5e galop) est nécessaire. La formation porte sur tous les aspects de la sécurité des biens et des personnes et sur l’environnement. Le niveau du baccalauréat et deux années universitaires sont maintenant souvent demandés. Les candidats doivent souvent passer un concours pour entrer dans l’activité municipale et suivre ensuite un stage. Les gardes champêtres de l’est de la France (on en compte une cinquantaine) sont gérés par un syndicat inter-communal.

Diplôme

Aucun diplôme particulier n’est exigé. Toutefois existent deux diplômes : celui d’agent de sécurité (Jeunesse et sport) et celui de patrouilleur équestre (Formatour).

Formation

Le diplôme de garde champêtre n’existe pas. La formation débouchant pourtant sur cette activité professionnelle est donc parallèle. Ainsi la direction régionale Jeunesse et Sports Ile-de-France et l’UCPA se sont associées pour proposer une formation d’agent de sécurité à cheval. Formatour propose de son côté une formation de patrouilleur équestre forestier, davantage axée sur l’environnement. La FREFFrance quant à elle propose une formation de patrouilleur équestre bénévole qui ne permet pas de négocier un diplôme mais qui permet d’acquérir les connaissances nécessaires.

Emploi

Cet emploi est communal, intercommunal ou associatif.

Point de vue : les places sont rares, d’autant que l’emploi de garde champêtre ne s’est pas généralisé. Quelques associations ont tenté de mettre en place des éco-gardes agissant comme surveillants ruraux assermentés, grâce aux « emplois jeunes ». Ce fut un échec. Les seuls gardes à cheval sont aujourd’hui dans les polices municipales, à la police nationale et à la gendarmerie.

   
   
   
© ALLROUNDER