Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition du métier

Le courtier n’est pas un marchand de chevaux qui achète et vend des chevaux. Il est plutôt un intermédiaire qui met en relation des clients et des propriétaires de chevaux. On suppose donc qu’il n’a pas besoin d’installation. Souvent il ne voit pas les chevaux, se contentant de photos et de descriptions. On trouve les courtiers surtout dans le monde des chevaux de course (trot et galop). En 1999, on comptait environ 38 courtiers de chevaux en France.

Ministère concerné par l’exercice de la profession

Ce métier relève du Ministère du Commerce et de l’Industrie car une déclaration est obligatoire auprès de la chambre de commerce de votre circonscription.

Formation

Aucune formation spécifique n’existe. Toutefois une formation de gestion comptable et administrative d’entreprise sera nécessaire pour la mise en place de votre activité si vous en êtes le gérant. Cela peut permettre d’obtenir une bourse et des crédits de création d’entreprise.

Diplôme

Aucun diplôme.

Condition d’accès à l’exercice de ce métier

Depuis le 8 juillet 1998, la possession d’une carte professionnelle n’est plus nécessaire. Une déclaration à la chambre de commerce suffit.

Emploi

Il est donc aisé de se déclarer courtier.

Point de vue : pour exercer ce métier et atteindre une certaine renommée, vous devez connaître les chevaux, les performances, les lignées. De plus, vous devez monter à cheval, connaître les soins et les bases de l’alimentation, reconnaître les races. Le réseau de connaissances professionnelles est essentiel. Vous devrez donc travailler sur le relationnel et la qualité. Attention, si vous faites trop d’erreurs, vous ne resterez pas longtemps dans cette activité.

   
   
   
© ALLROUNDER