Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Définition du métier

Ce métier manuel se perd, remplacé par le travail industriel du cuir. Là où un artisan travaillait et créait pour chaque pied la botte qui lui convenait, la machine coupe, colle et coud sans état d’âme. Pourtant,il en reste encore quelques-uns qui essaient de résister, amoureux et créatifs, attentifs aux clients. Ce métier demande beaucoup de temps et laisse peu de place aux loisirs. Le postulant doit s’investir à fond. On ne s’enrichit pas facilement. Aucune formation tout a fait adaptée n’existe et l’expérience fait les bons bottiers.

Ministère concerné par la formation

Le Ministère de l’Education nationale.

Condition d’accès à la formation

L’entrée en formation se fait classiquement à l’âge de 16 ans pour ce qui concerne l’apprentissage, quoique l’on puisse être apprenti jusqu’à 25 ans.

Formation

Les compagnons du devoir forment des techniciens en chaussure. La formation initiale (à l’age de 15/20 ans) prépare au CAP de cordonnier bottier. La formation de perfectionnement (17/21 ans) prépare au CAP de podo-orthésiste, au brevet de maîtrise et au brevet technique des compagnons.

Diplôme

CAP de cordonnier bottier ; CAP de orto-orthésiste ; maîtrise et brevet technique des compagnons.

Emploi

Très peu de possibilités existent aujourd’hui pour ceux qui veulent pratiquer un artisanat de bottier ou, à plus forte raison, trouver un employeur.

  • Compagnons du devoir (les)

  • Centre technique cuir, chaussure, maroquinerie (CTC)

  • Ecole de la Chambre de commerce (Paris)

  • Chambre syndicale de la maroquinerie 

Point de vue : beau métier sans doute, mais il faut être passionné. De plus, ce métier délicat exige beaucoup de doigté, de sérieux et de patience.

 

   
   
   
© ALLROUNDER