Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Les organisations nationales

Au sein du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, la direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) a la responsabilité des orientations pédagogiques et de l’activité éducatrice de tous les établissements, centres et organismes de formation et d’enseignement supérieur et technique. La DGER exerce les compétences du ministère relatives à la recherche et à la formation initiale (apprentissage, enseignement général technologique et professionnel, enseignement supérieur) et continue. La DGER définit aussi la politique de recherche agronomique, biotechnologique et vétérinaire.

Elle participe à la politique de développement et d’animation rurale. Elle mène une politique de création et de promotion de l’usage des ressources éducatives multimédia, avec l’aide du Centre national de promotion rurale (CNPR). Elle conduit toutes les actions de développement de la coopération internationale. Les collaborations internationales se multiplient au travers de parcours de formation, stages, expertises, accueil d’étudiants. L’implication dans les programmes européens est permanente.

L’activité de la DGER est organisée autour des enseignements supérieurs et secondaires (général, technologique et professionnel), de la formation continue et de l’apprentissage, de la recherche, du développement et de l’animation rurale, de la coopération internationale qui sont rassemblés dans la filière du progrès.

La politique de recherche du Ministère de l’Agriculture est coordonnée par la DGER, qui a en charge les organismes de recherche placés sous co-tutelle avec le ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

L’enseignement général, technologique et professionnel public et privé est investi de l’ensemble des missions fixées par les lois de 1984.

L’important réseau des exploitations (13 500 ha), des ateliers technologiques et des centres de ressources des établissements permet, outre l’accomplissement des missions de formation initiale et continue, d’accompagner l’évolution du développement agricole et agro-industriel en liaison avec les organisations professionnelles.

L’animation dans le milieu rural s’appuie sur une collaboration étroite entre les établissements et le mouvement associatif.

L’administration centrale assure au niveau national un rôle de conception, d’animation, d’orientation, d’évaluation et de contrôle. Depuis 1985, les directions régionales de l’agriculture et de la forêt (Services régionaux de la formation et du développement) exercent la fonction d’autorité académique.

L'enseignement technique agricole qui va du certificat d'aptitude professionnel agricole (CAPA) jusqu'au brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) est dispensé dans 861 établissements publics et privés répartis sur toute la France.

L'enseignement supérieur permet de préparer les diplômes d'ingénieurs, de paysagistes, de vétérinaires ou d'enseignant des techniques agricoles dans les 26 écoles relevant du Ministère de l’Agriculture. Il offre également la possibilité de continuer vers la recherche par la préparation d'une thèse dans une école doctorale.

La loi d'orientation agricole du 9 juillet 1999 attribue 5 missions à l'enseignement agricole :

  • assurer une formation générale, technologique et professionnelle initiale et continue ;
  • participer à l'animation du milieu rural ;
  • contribuer à l'insertion scolaire des jeunes, sociale et professionnelle de ces derniers et des adultes ;
  • contribuer aux activités de développement, d'expérimentation et de recherche appliquée ;
  • participer aux actions de coopération internationale notamment en favorisant les échanges et
  • l'accueil d'élèves, d'apprentis, d'étudiants, de stagiaires et d'enseignants.
  • production agricole proprement dite (élevage, grandes cultures…), production horticole (fruits, légumes, fleurs…), production aquacole, viticulture-œnologie, agriculture tropicale et machinisme agricole ;
  • transformation : industries agroalimentaires et bio-industrie (laboratoire d'analyse) ;
  • aménagement : métiers de la forêt, travaux paysagers, aménagement de l'espace, gestion et maîtrise de l'eau ;
  • services : accueil et services en milieu rural, en collectivité et en administration concernant directement les domaines de l'animation et du tourisme en milieu rural ; on ajoute aussi sous cet intitulé les formations touchant la commercialisation et la distribution, les activités hippiques (élevage, soins et entraînement, maréchalerie), l'élevage et le soin aux animaux (élevage canin et animalerie).
  • la formation initiale secondaire et supérieure qui va de la classe de quatrième jusqu'au doctorat ;
  • l'apprentissage qui propose une formation en alternance s'adressant aux jeunes de 16 à 25 ans dans le cadre d'un contrat de travail spécifique ;
  • la formation continue concernant les jeunes et les adultes entrés dans la vie active et souhaitant préparer un diplôme ou une qualification professionnelle.
  • Le CAPA, certificat d'aptitude professionnelle agricole, qui permet l'entrée dans la vie active comme ouvrier qualifié. Les études se préparent en 2 ans après la clase de 3e ou 3 ans après la 5e.
  • Le BEPA, brevet d'études professionnelles agricoles, qui permet d'entrer dans le vie active ou de poursuivre ses études dans les voies professionnelles ou technologiques. L'enseignement est organisé par modules sur 2 ans avec 10 à 12 semaines de stages.
  • Le baccalauréat professionnel qui finalise un cycle de 3 ans d'études après la classe de 3e. Fortement professionnalisé, l'objectif de ce diplôme est l'entrée dans la vie active mais la poursuite d'études reste possible.
  • Le baccalauréat technologique qui permet d'acquérir les bases nécessaires à la poursuite d'études supérieures (BTSA). La formation est répartie entre enseignements généraux et enseignement de spécialité (sciences et technologie de l'agronomie et de l'environnement ou des produits agroalimentaires).
  • Le baccalauréat scientifique, préparé dans les lycées relevant du MAP, qui comprend les options biologie-écologie, agronomie, environnement.
  • Le BTSA, brevet de technicien supérieur agricole.
  • Les diplômes d'ingénieur, de vétérinaire, de paysagiste, de professeur : niveau baccalauréat suivi de 5 ou 6 années d’étude.
  • Le doctorat, niveau baccalauréat suivi d’au moins huit années d’étude.

Les formations et les diplômes

L'enseignement agricole ne concerne pas uniquement l'agriculture mais recouvre des secteurs d'activité variés que l'on peut répartir en quatre catégories :

L'enseignement s'adresse aux jeunes et aux adultes notamment par les voies de l'apprentissage et de la formation continue. Trois dispositifs de formation sont en effet possibles : L'enseignement à distance permet également de préparer certains diplômes en pouvant bénéficier d'un parcours personnalisé. Il est dispensé par le Centre national de promotion rurale (CNPR).

Pour des adresses d'établissements ou des précisions techniques sur l'enseignement agricole, consulter le site professionnel de l'enseignement agricole : http://www.educagri.fr (en français).

   
   
   
© ALLROUNDER