Gilbert de Keyser  la filiere equestre

 

 

Textes / Lois / Règlements

Certificat professionnel de spécialisation

Ce certificat est en fait une attestation de stage délivrée par une école ou un centre de formation. Ce certificat est un acquis professionnel supplémentaire qui permet de diversifier ses compétences et de valoriser ainsi les emplois d’un secteur. Ce type de formation se retrouvera donc dans presque tous les secteurs agricoles ou para-agricoles. Elle s’adresse à des agriculteurs, à des salariés d’entreprises, d’associations d’aménagement, de communes, d’entreprises de débardages ou de travaux de montagne, à des salariés de syndicats de communes (gardes champêtres). Cette formation se déroule sur des périodes de 50 à 110 heures. Le lieu de stage valide cette formation par un certificat de stage.

On trouve ce type de stage dans presque tous les métiers du monde du cheval :

  • garde vert,
  • patrouilleur équestre forestier,
  • conducteur d’attelage agricole et forestier,
  • conducteur d’animaux de bât ou de portage,
  • conducteur d’attelage hippomobile de tourisme ou utilitaire,
  • débardeur en forêts protégées ou en montagne.

Le certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA) est un diplôme de niveau V permettant l’entrée dans la vie professionnelle comme ouvrier qualifié des entreprises agricoles et para-agricoles. Le CAPA vise à l’insertion professionnelle mais il est possible de poursuivre des études professionnelles (BEPA, baccalauréat, BTA). Le CAPA correspond à 2 formations donc à 2 diplômes : le CAPA rénové, le CAPA traditionnel.

Conditions d’admission : CAPA rénové se prépare après la classe de 3e. CAPA traditionnel se prépare après la classe de 5e.

Formation : Le CAPA rénové se prépare en deux ans, permettant d’acquérir la formation pour une trentaine de métiers (formations en options) dont aucun n’est lié au cheval. La formation théorique se fait en deux parties :

  • l’une concerne l’enseignement général (sur 450 heures) : expression française et communication, traitement de données mathématiques, éducation physique et sportive, santé et sécurité, monde actuel ;
  • l’autre partie est un enseignement professionnel de 1050 heures avec techniques et pratiques professionnelles, entreprise et vie professionnelle, base scientifique des techniques professionnelles, module d’approfondissement professionnel, module facultatif de langue vivante.
  • Quatorze à seize semaines de stage en milieu professionnel complètent la formation. Le diplôme est délivré en partie en contrôle continue et au final, par un examen.

CAPA traditionnel

Le CAPA traditionnel se prépare en trois ans. Il repose sur un enseignement basé sur le concret. Il comporte des enseignements généraux et des enseignements technologiques et professionnels en relation avec l’option choisie. Deux options existent en établissement public : celle de palefrenier soigneur et une autre qui n’appartient pas au monde du cheval et que nous ne décrirons pas ici. D’autres options sont proposées par les établissements privés. Pour ce qui concerne les métiers du cheval, on trouve :

En formation initiale : lad jockey et lad driver, soigneur d’équidés ;

  • En formation professionnelle continue, les métiers suivants : soigneur d’équidés, sellier harnacheur, groom équestre ;
  • en formation par apprentissage : soigneur d’équidés, lad jockey et lad driver.
  • L'examen se déroule à l'issue de la formation.

Brevet d’études professionnelles agricoles (BEPA)

Le brevet d’études professionnelles agricoles (BEPA) est un diplôme de niveau V et présente deux intérêts :

  • entrer dans la vie active ;
  • tout en poursuivant des études en rapport avec la voie professionnelle, permettant de préparer certains diplômes (baccalauréat professionnel, brevet de technicien agricole, baccalauréat technique).

Conditions d’admission On entre dans cette formation après une classe de 3e, un CAP ou un CAPA.

Formation : Elle dure 2 années. Elle est organisée en modules : un tronc commun et deux séries de modules, option et spécialité professionnelle.

  • Le tronc commun (820 heures) est composé de 6 modules d’enseignement général, communs à toutes les options.
  • Des modules professionnels définissent l’option choisie (295 heures). Ils visent à donner à l’élève les bases scientifiques et technologiques et la connaissance de l’environnement professionnel.
  • Des modules de spécialités professionnelles (655 heures) permettent l’acquisition des savoirs et du savoir-faire.

A tout cela, s’ajoutent encore d’autres modules.

  • Un module d’adaptation régionale (90 heures) vise à répondre à une demande régionale de qualification professionnelle.
  • •Un module d’initiative locale permet à l’établissement d’exercer son autonomie pédagogique dans le cadre d’un projet.
  • Un stage professionnel de 10 à 12 semaines complète le dispositif.

Pour la filière équestre, on trouve les activités hippiques suivantes :

  • l’entraînement du cheval de compétition (avec le CAPA associé) ;
  • la maréchalerie ;
  • l’accompagnement de randonnées équestres (BEPA et BAPAT).

Autres formations : D’autres classes spécifiques de préparation au BEPA proposent des formations spécialisées destinées à des jeunes plus âgés, souhaitant changer de filière pour aller vers le monde du cheval. Ces classes permettent à des élèves ayant effectué une seconde générale et technologique, après avis favorable du conseil de classe, de se réorienter vers la voie professionnelle en BEPA. La préparation dure 1 an. Pour la filière équestre, on trouve l’activité hippique suivante : entraînement du cheval de compétition.

Examen : comporte 2 groupes d’épreuves :

  • un premier groupe de six épreuves évaluées par l’équipe pédagogique en contrôle continue ;
  • un second groupe de trois épreuves terminales organisées en fin de formation.

Après le BEPA, l’étudiant peut préparer un brevet de technicien agricole (BTA) ou un baccalauréat technologie.

Brevet professionnel agricole (BPA)

Dplôme de niveau V, atteste l’acquisition d’une qualification professionnelle pour l’exercice d’une activité d’ouvrier qualifié dans le domaine agricole et para-agricole, sans permettre pour autant de s’orienter vers d’autres études (à la différence du BEPA).

Conditions d’admission : L’admission est faite par le responsable du centre de formation. Le candidat doit avoir plus de 18 ans et doit justifier d’un an de travail.

Formation : Deux types de brevets existent :

  • Un brevet acquis avec trois certificats de 680 à 920 heures (1 certificat d’économie et de gestion et 2 certificats techniques). Il est possible de faire valider des acquis scolaires ou professionnels. Lorsque le BPA est délivré en 3 certificats, l’évaluation porte sur chacun des certificats et sur la présentation orale d’un rapport écrit.
  • Un brevet acquis par unités capitalisables (UC). Dans ce cas, la formation comporte 10 unités capitalisables, indépendantes les unes des autres. Ces UC sont valables 5 ans.

La partie cheval se définit ainsi : chef d’exploitation en polyculture élevage (élevage équin).

Conditions d’admission dans la vie professionnelle. Le BPA, diplôme professionnel, permet l’accès à la vie active.

Brevet professionnel sportif Jeunesse et Sports (BP JEPS

Le Journal officiel du 2 septembre 2001 publie le décret 2001-792 du 31 août 2001 portant règlement du brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et des sports. Ce diplôme sera celui qui va remplacer le brevet d’État d’éducateur. Au total, 17 articles délimitent le cadre général concernant l’ensemble des disciplines sportives et en particulier, l’équitation. Le brevet professionnel (BP) est un diplôme d'État homologué au niveau IV de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation établis en application de l'article L 335-6 du Code de l'éducation susvisé. Il atteste l'acquisition d'une qualification dans l'exercice d'une activité professionnelle en responsabilité à finalité éducative ou sociale, dans les domaines d'activités physiques, sportives, socio-éducatives ou culturelles (article n° 1). Il s’appuie sur un référentiel professionnel et sur un référentiel de certification. Il semblerait que des mesures transitoires soient fixées par un arrêté ministériel pour les personnes en cours de formation au BEES.

On pourra également obtenir ce diplôme par diverses voies :

  • la voie d'unités capitalisables (UC) ;
  • la validation d'acquis professionnels et d’expériences ;
  • un examen composé d'épreuves ponctuelles.

Ces modalités peuvent être cumulées (article n° 5) et préparées par la voie de la formation initiale, la voie de l'apprentissage, la voie de la formation continue (article n° 8). Il peut être obtenu par capitalisation de 10 unités dont 4 sont transversales, 5 sont spécifiques à la spécialité (équitation par exemple), et 1 d’adaptation (article n° 6). Les organismes de formation préparant au brevet professionnel par la voie des unités capitalisables pour une spécialité doivent avoir obtenu, préalablement à la mise en place de la formation, une habilitation du directeur régional de la Jeunesse et des Sports du lieu de formation. Les conditions de délivrance de l'habilitation sont fixées par arrêté du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports après avis de la commission professionnelle consultative des métiers du sport et de l'animation (article n° 13). Le cursus de formation mis en œuvre par un organisme habilité respecte le principe de l'alternance prévoyant les séquences de formation en centre et celles en entreprise, sous tutorat pédagogique. La situation en entreprise est une situation de formation professionnelle qui n'ouvre pas de prérogatives professionnelles particulières pour l'apprenant. Elle est construite dans le respect du plan de formation mis en œuvre par l'organisme habilité et respecte une évolution liée à l'acquisition progressive et à la validation de compétences (article n° 14).

La nouveauté la plus importante dans le cadre de l’équitation est que la formation équestre devient un préalable à la formation pédagogique. Elle devrait être validée par le brevet de cavalier (nouveau diplôme). Le tronc commun est supprimé tel qu’il existait autrefois et on retrouve son contenu dans les 4 UC « transversales », c’est à dire communes à tous les diplômes sportifs. L’UC « d’adaptation » est une option (tourisme équestre par exemple) et 5 UC « spécifiques » concernent toutes les disciplines équestres.

 Brevet professionnel (BP)

Le brevet professionnel (BP) diplôme de niveau IV 3, atteste l’acquisition d’une qualification pour l’exercice d’une activité professionnelle dans les domaines agricoles et para-agricoles et permet de gérer une entreprise ou une exploitation agricole. La filière équestre est concernée par la formation de chefs d’exploitation en polyculture et en élevage (élevage équin).

Conditions d’admission : Pour être admis à cette formation, il faut être titulaire d’un des diplômes suivants :

  • CAPA,
  • CAP,
  • diplôme ou titre de même niveau ou avoir suivi un cycle complet conduisant au BEPA,
  • ou bien avoir un niveau de scolarité de seconde, ou avoir une expérience professionnelle de 2 à 5 ans.

La formation est générale, technologique et professionnelle, éventuellement adaptée après une évaluation de connaissances et de compétences. Elle dure 1 200 heures. Les 12 unités capitalisables (UC) sont indépendantes les une des autres. Elles peuvent être obtenues séparément et dans n’importe quel ordre. Les candidats gardent le bénéfice des unités acquises pendant 5 ans. Le diplôme est délivré selon la modalité des UC.

Baccalauréat professionnel

Le baccalauréat professionnel (« bac pro ») est un diplôme de niveau IV validant une formation délivrée à de futurs ouvriers, à des employés hautement qualifiés et à des responsables d’exploitation. Il est accessible aux candidats titulaires du BEPA ou du CAPA dans toutes les options correspondantes. Des modules d’enseignements généraux sont communs à la préparation de tous les baccalauréats professionnels (600 heures). Pour ce qui concerne le cheval, plusieurs options sont proposées : conduite et gestion de l’exploitation agricole - production du cheval. Des modules professionnels sont spécifiques à chaque baccalauréat professionnel (par exemple, cheval, horticulture, gestion des forêts, etc.). Enfin douze semaines de stages permettent au candidat d’approfondir sa connaissance du milieu professionnel. Ces stages sont obligatoires et font partie intégrante de la formation. Trois semaines sont laissées à l’initiative de l’établissement et une semaine est consacrée à la formation pratique liée à la recherche d’emploi ou la préparation d’un dossier.

L’examen prend en compte les résultats du contrôle en cours de formation : épreuves communes (expression, monde contemporain, langue vivante, éducation physique et sportive, mathématiques et sciences) et des épreuves spécifiques à chaque baccalauréat (sciences appliquées et technologie, formation en milieu professionnel, pratique professionnelle). Le baccalauréat professionnel atteste d’une qualification professionnelle permettant l’insertion professionnelle ce qui reste l’objectif principal. La poursuite des études reste possible afin d’obtenir le certificat de spécialisation et pour ceux qui possèdent un très bon dossier scolaire, le brevet supérieur (BTSA).

Baccalauréat technologique

Le baccalauréat technologique (« bac techno ») est un diplôme de niveau IV, permettant d’acquérir les bases nécessaires à la poursuite d’études supérieures (vers le BTSA). Deux séries de baccalauréat technologique relèvent de l’enseignement agricole :

  • •Sciences et technologies de l’agronomie de l’environnement avec quatre spécialités (« technologie animale », « technologie végétale », « équipements » et « aménagements ») ;
  • •Science et technologie du produit agroalimentaire avec deux spécialités (« sciences et technologies » et « sciences, technologie et économie »).

L’admission en formation pour préparer le baccalauréat se fait dans un centre après une seconde générale et technologique ou sur présentation d’un diplôme de niveau V obtenu en deux ans après la classe de 3e, sous réserve d’un avis favorable du conseil de classe. Les formations obligatoires sont réparties également entre des enseignements généraux (1050 heures) et des enseignements spécialisés (934 heures). De plus, des matières facultatives sont proposées par chaque établissement. La formation comprend également 6 à 8 semaines de stages en entreprise, en exploitation agricole, en stages collectifs, etc. L’examen prend en compte le contrôle continu en cours de formation et les épreuves terminales. Après le baccalauréat technologique, l’élève peut continuer ses études vers un BTSA, un BTS, un DUT. Les très bons élèves peuvent poursuivre des études supérieures longues.

Baccalauréat général série S (biologie, écologie, agronomie)

Le baccalauréat série S donne à l’élève une culture générale scientifique nécessaire à la poursuite d’études scientifiques longues. Le parcours proposé par les lycées relevant du Ministère de l’Agriculture se caractérise par 5 heures hebdomadaires d’enseignement obligatoire de biologie et d’écologie, et 3 heures 1/2 d’agronomie, territoire et citoyenneté. Les travaux personnels encadrés sont intégrés dans l’horaire des disciplines dominantes. L’examen est essentiellement composé d’épreuves terminales, d’épreuves obligatoires ou facultatives, voire d’un oral de contrôle.

Ce baccalauréat permet la poursuite d’études scientifiques tout particulièrement vers les sciences et les technologies du vivant : BTSA, université (DEUG de science, DUT), classes préparatoires aux grandes écoles. Il permet d’entrer particulièrement en classe préparatoire scientifique : biologie, chimie, physique et science de la terre (BCPST). Il prépare en 2 ans au concours A des grandes écoles publiques : les écoles nationales supérieures agronomiques (ENSA), les écoles nationales d’ingénieurs des travaux agricoles (ENITA), les quatre Ecoles nationales vétérinaires (ENV) (Maisons-Alfort, Lyon, Nantes, Toulouse).

 Brevet de technicien agricole

Définition : Le brevet de technicien agricole (BTA), diplôme de niveau IV, permet d’accéder aux fonctions de technicien agricole, d’exercer la profession d’exploitant agricole ou de poursuivre des études.

Conditions d’admission : L’admission se fait après une classe de seconde générale et technologique ou un des diplômes suivants : BEPA, BEP, CAPA rénové ou CAP en 2 ans.

La formation : comporte des modules pluridisciplinaires et dure de 800 à 1600 heures. Un enseignement général commun à toutes les options est fait sous forme de :

  • six modules de base ;
  • de modules de secteurs concernant :
  • l’aménagement de l’espace (gestion et conduite des chantiers forestiers, gestion de la faune sauvage),
  • la commercialisation, les services en milieu rural, les services administratifs,
  • la production (polyculture élevage en région chaude, animalier de laboratoire, conduite de l’élevage canin),
  • la transformation (laboratoire d’analyses) ;
  • cinq modules de qualification ;
  • un module d’initiative locale mis en place dans chaque établissement.

Un enseignement facultatif complète ce dispositif : langues et cultures régionales, éducation physique et sportive, pratiques sociales et culturelles, hippologie et équitation, pratiques professionnelles. En plus de tout cela, l’élève doit effectuer 10 à 14 semaines de stage au cours des 2 années de formation.

L’examen : prend en compte le contrôle continu effectué au cours de la formation et les épreuves du contrôle final. Ce diplôme atteste d’une qualification et son objectif est l’insertion professionnelle. La poursuite d’études reste possible en certificat de spécialisation et, pour les candidats ayant un très bon dossier scolaire, en BTSA dans la section du BTA obtenu.

Brevet de technicien supérieur agricole

Définition : Le brevet de technicien supérieur agricole (BTSA), diplôme de niveau III permet d’avoir la responsabilité d’une exploitation, d’une entreprise agricole ou d’exercer une fonction de technicien supérieur salarié. Le BTSA atteste d’une qualification professionnelle. Son objectif est l’insertion professionnelle mais la poursuite d’études reste possible.

Condition d’admission : L’admission en centre de formation se fait après l’obtention du brevet de technicien agricole (BTA), de certaines options du brevet de technicien (BT), du baccalauréat professionnel, du baccalauréat technologique ou du baccalauréat général.

Formation : La formation dure 2 ans (de 800 à 1500 heures). Elle est organisée en modules pluridisciplinaires structurés en 4 domaines :

  • traitement des données informatiques ;
  • technique d’expression, de communication, d’animation et de documentation ;
  • environnement économique ;
  • enseignement scientifique et technique.

Certains enseignements sont communs à tous les BTSA, d’autres sont spécifiques à l’option ou à la spécificité.

Examen comporte :

  • deux groupes d’épreuves comptant, tous deux, pour moitié dans la délivrance du diplôme ;
  • •trois épreuves de fin de formation permettant de contrôler que les objectifs terminaux sont atteints, comptant, toutes trois, pour l’autre moitié dans la délivrance du diplôme.
   
   
   
© ALLROUNDER